Vieillir avec Grâce

On a le CHOIX de vivre sa vie en fonction des circonstances ou d’après une vision.
Notre culture nous limite car elle n’accepte pas le vieillissement. Il est possible de s’en défaire
Ce sont nos pensées et rien que nos pensées qui déterminent nos possibilités actuelles.
Le PRESENT demeure une source inépuisable d’opportunités. On prend conscience que l’instant présent est tout ce que l’on possède.
Nous prenons conscience que certains chapitres de notre vie se sont achevés, et en même temps les prochains peuvent se révéler l’occasion de célébrations et réjouissances si nous avons l’audace de prendre les rennes de la CONSCIENCE et de créer quelque chose de neuf pour nous-même comme pour le monde.
Que vais je faire du temps qu’il me reste ?
L’heure est venue de déployer notre grandeur, une grandeur que nous n’aurions jamais pu atteindre si nous n’avions franchi exactement les étapes qui furent les nôtres. Il est temps de nous ré-enchanter.
Le milieu de vie se distingue par l’abandon de choses qui n’ont plus d’importance.
Le ralentissement physique favorise une accélération psychique.
Le fait d’avoir moins de quelque chose, moins d’énergie, moins de temps…suscite un changement radical dans la valeur qu’on lui attribue.
Après tout ce que notre corps a traversé, il mérite qu’on en prenne soin.
L’évolution personnelle peut être douloureuse et la mise au monde d’un nouveau moi, difficile. On a tous été déçus, certains de nos rêves se sont envolés, on a du mal à pardonner. Quand on vieillit, le défi n’est pas d’éviter les déceptions de la vie mais de les transcender.

Un rythme plus lent est signe d’un nouveau printemps intérieur, c’est pourquoi j’ai décidé de prendre une année de « pause », de méditer le matin, de m’accorder du temps pour écrire, réfléchir, apprendre, désapprendre et apprendre encore, tout en travaillant mais en travaillant différemment.
Je m’arrête souvent pour me demander est ce vraiment nécessaire d’aller vers cette action ? La réponse est souvent non et je m’en étonne moi-même.
Je prends du temps pour définir ce que j’ai envie de faire les prochaines années:
qu’est ce qui est réellement important pour moi?
qu’est ce qui me rend vivante?
comment contribuer à un monde meilleur?
qu’est ce qui me rendra fière?
Chaque jour je mets un peu plus de conscience à ce que je pense, ce que je fais, ce que je ressens.
Je sens qu’à l’intérieur de moi, je cultive un jardin intérieur et je me régale à l’idée d’avoir 50 ans cette année, une opportunité de me poser, d’ouvrir de nouvelles portes et de faire de nouvelles découvertes toujours plus profondes.

Add your comment or reply. Your email address will not be published. Required fields are marked *